Module 1, Chapitre 1

Tristesse en profondeur

14/06/2024
Progression du Module
0% terminé

[wpdiscuz-feedback id=”52l7ym9uli1″ question=”A ce sujet” opened=”0″]La tristesse est une des émotions profondes et il faut la garder sans objet. [/wpdiscuz-feedback]

[wpdiscuz-feedback id=”52l7ym9uli2″ question=”A ce sujet” opened=”0″]La tristesse ou mélancolie est un des sentiments essentiels. [/wpdiscuz-feedback]

[wpdiscuz-feedback id=”52l7ym9uli3″ question=”A ce sujet” opened=”0″]Une sorte de pressentiment de la tranquillité. [/wpdiscuz-feedback]

[wpdiscuz-feedback id=”52l7ym9uli4″ question=”A ce sujet” opened=”0″]Profondément, c’est sentir que ce que l’on cherche n’est pas atteignable dans les situations objectives. [/wpdiscuz-feedback]

[wpdiscuz-feedback id=”52l7ym9uli5″ question=”A ce sujet” opened=”0″]Je sens que, quoi que je fasse, la motivation qui me dirige, qui est unique et qui est celle d’être tranquille, ne trouvera pas son achèvement.[/wpdiscuz-feedback]

[wpdiscuz-feedback id=”52l7ym9uli6″ question=”A ce sujet” opened=”0″]Lorsque vient une forme de maturité, cette tristesse est constamment là car, quoi que je fasse, je sais que je ne trouverai pas ce que je prétends trouver. [/wpdiscuz-feedback]

[wpdiscuz-feedback id=”52l7ym9uli7″ question=”A ce sujet” opened=”0″]La tristesse dans ce sens-là est une forme de maturité. Quand on connaît cette tristesse, on ne peut plus tomber amoureux. [/wpdiscuz-feedback]

[wpdiscuz-feedback id=”52l7ym9uli8″ question=”A ce sujet” opened=”0″]Tomber amoureux serait prétendre, encore une fois, que je vais pouvoir trouver quelque chose quelque part, ce qui est impossible dans la maturité. [/wpdiscuz-feedback]

[wpdiscuz-feedback id=”52l7ym9uli9″ question=”A ce sujet” opened=”0″]Dans cette tristesse, il ne reste plus aucune place pour l’attente d’une quelconque satisfaction dans le monde objectif, dans le monde phénoménal.[/wpdiscuz-feedback]

[wpdiscuz-feedback id=”52l7ym9uli10″ question=”A ce sujet” opened=”0″]Quand je vois clairement qu’aucune situation phénoménale ne pourra jamais me satisfaire, que je vis avec cette constatation, cette tristesse devient un alanguissement, un pressentiment. [/wpdiscuz-feedback]

[wpdiscuz-feedback id=”52l7ym9uli11″ question=”A ce sujet” opened=”0″]Ce n’est plus la tristesse de quelque chose qui manque, mais c’est comme un parfum auquel petit à petit le nez se fait. [/wpdiscuz-feedback]

[wpdiscuz-feedback id=”52l7ym9uli12″ question=”A ce sujet” opened=”0″]Au début, le parfum est dans l’espace, on ne peut pas sentir d’où il vient, puis peu à peu on décèle son origine.[/wpdiscuz-feedback]

[wpdiscuz-feedback id=”52l7ym9uli13″ question=”A ce sujet” opened=”0″]Quand on a la maturité de garder la tristesse, il se produit une certaine remontée à la source. [/wpdiscuz-feedback]

[wpdiscuz-feedback id=”52l7ym9uli14″ question=”A ce sujet” opened=”0″]Mais les gens qui constamment nient la tristesse, qui tombe amoureux, qui s’extasient de ceci ou de cela ne peuvent jamais remonter à la source.[/wpdiscuz-feedback]

[wpdiscuz-feedback id=”52l7ym9uli15″ question=”A ce sujet” opened=”0″] Ils ont cet alanguissement sur le moment, puis ils nient son authenticité en pensant de nouveau qu’une relation, qu’une situation, que quelque chose va les accomplir… [/wpdiscuz-feedback]

[wpdiscuz-feedback id=”52l7ym9uli16″ question=”A ce sujet” opened=”0″]Vient un moment où on ne nie plus cette tristesse.[/wpdiscuz-feedback]

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *